atelier-uber-confirme-ambitions-matiere-de-sante

Uber est venu à SXSW pour parler de son plan en matière de santé. Pourquoi et comment Uber intervient dans le médical ?

Exclu d’Austin (Texas) en mai 2016 pour avoir refusé de donner les empreintes digitales de tous ses chauffeurs aux autorités de la ville, Uber était bien présent à SXSW 2017 mais uniquement pour parler de son plan en matière de santé.

UberHealth, une solution née d’une plaisanterie

Lauren Steingold, vice présidente des partenariats stratégiques d’Uber, a été invitée par un professeur de l’école de médecine d’Harvard à s’exprimer lors d’un panel intitulé “C’est comme Uber pour la santé” sur les opportunités des services à la demande pour répondre aux problèmes du système de santé Américain, à côté d’un médecin et du directeur de l’innovation d’un groupe d’assurance santé

UBER HEALTH APP INSIDE 600

UberHealth se commande comme un trajet classique depuis l’application principale lors d’opérations spéciales

Avant de rejoindre Uber, comme septième employée à Boston, Lauren Steingold avait travaillé pour l’hôpital de Boston ou encore l’institut des progrès médicaux. C’est pourquoi, quand le département intitulé « Uber for everything », chargé d’explorer les autres services qu’Uber pourrait proposer, s’est penché sur les problématiques de la santé, elle a été consulté. Lauren Steingold raconte donc comment le premier projet lié à la santé est né chez Uber. « On a toujours eu l’habitude de mener des opérations extraordinaires comme des livraisons de glaces etc. pour des raisons marketing. Un jour, un membre de mon équipe a attrapé la grippe et m’a dit, sur le ton de la plaisanterie : « Si se faire vacciner avait été aussi simple que de commander un Uber, je l’aurais fait ! » et finalement, on l’a pris au mot. »

La première action en matière de santé d’Uber s’est donc déroulée à Boston où les utilisateurs ont pu commander un Uber à bord duquel une infirmière pouvait se déplacer pour faire des injections du vaccin contre la grippe. Uber affirme que près de 20% de la population est touchée chaque année par la grippe aux États-Unis bien qu’elle puisse être évitée, mais que moins de 50% des adultes se font vacciner. Les résultats de l’opération d’UberHealth ont été assez probants, puisque près de 45% des utilisateurs ont déclaré qu’ils ne se seraient pas fait vacciner sans cette opération qui s’est ensuite étendue à plusieurs autres villes en Amérique.

Uber, solution aux problèmes de transports médicaux non-urgents

Si Uber a une nouvelle fois su frapper fort grâce à une action marketing dont elle a le secret, la start-up a su néanmoins prendre au sérieux l’impact qu’elle pouvait avoir en matière de santé. John Brownstein, directeur de l’innovation de l’hôpital de Boston, est également devenu également conseiller d’Uber en matière de santé, et a pu notamment mettre en avant les deux obstacles majeurs à l’accès aux soins aux États-Unis, sur lesquels Uber pouvait capitaliser : la connaissance des solutions par les patients et la praticité d’accès de ces soins.

UBERHEALTH FIGURES 600

Uber a partagé les problèmes de transports relatifs à  la Santé que l’entreprise veut aider à résoudre

Près de quatre millions de rendez-vous médicaux sont manqués aux États-Unis à cause des problèmes de transports dont un million concernent des rendez-vous médicaux pour les enfants. Le taux de défaut aux rendez-vous médicaux est deux fois supérieur quand les patients dépendent des transports publics. Par ailleurs, un tiers des prescriptions médicales ne quittent jamais la pharmacie.

Le représentant de l’hôpital de Boston a aussi expliqué que beaucoup de patients restent une nuit de plus à l’hôpital faute de solution de transport pour les ramener chez eux via le programme de remboursement des trajets médicaux non urgents. Ce programme intègre les services publics et des partenaires privés (dont Uber ne faisait pas partie). Or une nuit “inutile” à l’hôpital, outre d’engorger les infrastructures de santé, coûte évidemment plus cher (en moyenne 4 293 dollars aux États-Unis) qu’une course via Uber.

John Brownstein a donc créé fin 2016 une start-up, appelée Circulation, en partenariat avec Uber pour offrir une plateforme en ligne dédiée à ce programme de transports médicaux non-urgents, répondant aux exigences du programme national de remboursement des trajets médicaux non-urgents, qui représente près de trois milliards de dollars annuels (dont un tiers serait mal utilisé selon une enquête du comité de recherche lié aux transports).

CIRCULATION UBER ARTICLE 600

Présentation de la solution Circulation utilisant Uber pour les trajets de santé non-urgents

Lauren Steingold a voulu rappeler que les autres actions d’Uber, comme UberEat, pouvaient aussi avoir des impacts médicaux quand on sait qu’un tiers des seniors admis à l’hôpital aux États-Unis étaient victimes de malnutrition.

« Le docteur du panel » comme s’est appelé lui-même David L Schwartz, a expliqué que si les actions d’Uber étaient louables, la start-up de San Francisco ne pouvait pas encore résoudre tous les problèmes de transports médicaux aux États-Unis puisque dans sa ville de Memphis, trois fois plus vaste que Boston pour une taille de population similaire, le type d’actions comme l’administration de vaccins seraient moins impactante.

De plus, à l’argument qu’un médecin se déplaçant en Uber pour faire les consultations à domicile, pouvait être plus efficace qu’en conduisant lui-même puisqu’il n’avait plus à se concentrer sur les contraintes du trajet (où se garer) mais pouvait se plonger directement dans les dossiers des patients, le docteur David L Schwartz a répondu : « mettre un médecin dans une voiture n’est pas une bon usage du médecin. Par contre, avec les voitures autonomes, pourquoi ne pas former les chauffeurs à devenir des assistants médicaux ? La santé est le secteur qui recrute le plus aux États-Unis et l’intelligence artificielle n’arrêtera pas cela. On a besoin d’une augmentation de contact humain, pas d’une réduction. En effet, une étude avait révélé que 75% des Américains étaient incapables de donner le nom de leur médecin traitant. »

Tout en étant critique contre l’entreprise californienne qui a récemment multiplié les polémiques, le médecin de Memphis, au lieu de tirer sur l’ambulance, montrait peut-être une direction qu’Uber pourrait prendre dans son trajet dans le domaine de la santé.

 

Article par Arnaud AUGER sur Atelier.net

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may use these HTML tags and attributes:

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>